Entrevue : Janine Vangool d’Uppercase

oct 7, 2013

Commentaires fermés

Uppercase est une revue trimestrielle de Calgary, qui est lue à travers le monde par des gens à l’esprit créatif. Fondée en 2009 par Janine Vangool, le contenu de la revue est aussi beau qu’éclectique et traite de toute chose créative en célébrant particulièrement les objets vintage éphémères. Y travaillant en tant que rédactrice en chef, rédactrice et conceptrice, Janine gère la plupart des aspects de la revue Uppercase elle-même.

 

Intrigués par le travail de Janine et son influence mondiale sur la communauté artistique et du design, nous étions ravis qu’elle accepte de nous accorder une entrevue pour notre blogue.

 

JanineHeadShot2

Provenance de l’image : portrait de Janine Vangool par Heather Saitz

 

 

EQ3  Vous semblez être engagé dans plusieurs activités créatives! À partir de quel moment avez-vous su que vous vouliez travailler dans un domaine créatif? Et, pourquoi avez-vous choisi d’étudier le graphisme à l’université?

 

JANINE VANGOOL  Presque aussitôt que j’ai su écrire, je m’intéressais à combiner les mots et les images. Quand j’étais jeune, je fabriquais de petits livres et des revues à partir de papier brouillon et je forçais ma famille à les emprunter à ma « bibliothèque ». À l’école secondaire, j’étais l’éditrice de l’annuaire et c’est là que j’ai réalisé que l’assemblage de livres et de publications pourrait être une véritable carrière pour moi.

 

 

EQ3  À quoi ressemblait le début de votre carrière — avant Uppercase?

 

JV  Le premier emploi que j’ai occupé après avoir terminé mes études, fut dans une firme de design spécialisée en affichage et en signalétique. J’ai passé des mois à préparer des affiches en vue de la production (je spécifiais la position et le design des affiches de toilettes du centre sportif local). Inutile de dire que ce n’était pas très inspirant. Ce premier emploi m’a grandement motivé à devenir mon propre patron. Au cours des prochaines années, j’ai développé mon propre style et ma propre clientèle, me spécialisant dans le graphisme imprimé pour le monde artistique et culturel. Je touchais à tout : les petites annonces, d’importantes publications, le matériel de marketing et même la conception de livres et de publications artistiques.

 

 

EQ3  Parlez-nous de vos débuts dans le secteur de l’édition. Quelle était l’inspiration derrière la création d’Uppercase? D’où vient le concept de la revue : « pour les gens créatifs et curieux »?

 

JV  Suite à la fermeture d’une revue indépendante pour laquelle j’étais pigiste, j’étais libre d’explorer la partie « revue » de mon cerveau. Je rêvais de concevoir ma propre revue et j’étais fatiguée de travailler sur les idées de mes clients et non sur les miennes. Cela a également coïncidé avec la fermeture de certaines revues grand public (« Domino » et « Blueprint » de Martha Stewart) et j’ai constaté qu’il y avait de la place pour une publication bien conçue et visuellement inspirante. Le contenu provient de mes champs d’intérêt comme graphiste, sans que la revue soit particulièrement axée sur le graphisme. Nous disons que nous sommes « créatifs et curieux » avec un contenu éclectique qui comprend le design, la typographie, l’illustration, l’artisanat, et à peu près n’importe quel sujet qui concerne les domaines créatifs.

 

 

EQ3  Avec la quantité importante de blogues et de revues en ligne, on nous livre instantanément et continuellement du contenu! Comment réussissez-vous à rassembler tout le contenu unique pour lequel est reconnu Uppercase en travaillant avec les délais de production des médias imprimés?

 

JV  Il est parfois difficile de rivaliser avec l’immédiateté d’Internet. Certes, pour une grande partie du contenu qui se retrouve dans la revue, l’inspiration vient du blogue ou du portfolio en ligne de plusieurs artistes. Le cachet spécial d’Uppercase est le fruit de l’organisation des articles combiné à ces moments où le hasard relie de points communs tous ces thèmes qui semblent si différents l’un de l’autre. Je bénéficie aussi d’un grand nombre de contributeurs qui ajoutent leurs champs d’intérêt et leur expertise au mélange.

 

 

Uppercase-Issues-1-19-covers-fanned

 

Uppercase-Issues-1-19-covers-stacked

 

 

EQ3  Uppercase en est à sa 4e année maintenant. Quels sont les sujets qui lient toutes les parutions que vous avez produites? Et, comment la revue a-t-elle évolué au fil des ans?

 

JV  Notre slogan est « pour les gens créatifs et curieux ». C’est un énoncé général, mais notre contenu est inspiré par le design, l’illustration et l’artisanat. Nous aimons trouver des tangentes créatives pour nos thèmes et engager nos lecteurs à participer aux appels de contenu et d’images; aussi, nous collaborons souvent directement avec nos lecteurs sur certains articles.

 

Les sujets sont très éclectiques, mais la revue repose sur l’appréciation du processus créatif, des articles faits à la main et des objets personnels. Chaque numéro comporte un certain nombre de thèmes que nous utilisons comme point de départ pour l’exploration rédactionnelle.

 

 

EQ3  Si vous aviez à choisir une édition favorite parmi vos archives laquelle choisiriez-vous et pourquoi?

 

JV  C’est une question difficile. C’est comme essayer de choisir son enfant préféré! Je suis fière du numéro 13, dans lequel nous explorons comment la météo peut inspirer la créativité. La couverture comprend des gouttes de pluie faites de feuilles métalliques lustrées qui tombent des nuages; sous certains types d’éclairage, on dirait de vraies gouttelettes de pluie.

 

 

Uppercase-Studio-shelf-close-up

 

Uppercase-Studio-glamour-shot

 

Uppercase-Studio-conference-area

 

 

EQ3  Uppercase a récemment emménagé dans un nouvel espace de travail. Parlez-nous de l’aménagement intérieur du nouveau studio. Quels mots utiliseriez-vous pour le décrire? Où avez-vous cherché l’inspiration pour le réaliser?

 

JV  Notre nouveau bureau est situé au deuxième étage d’un édifice centenaire appelé Le Devenish. Quand je l’ai vu pour la première fois, il était dans un état lamentable — le plafond était littéralement en train de tomber. Cependant, je n’en ai pas tenu compte, car la structure était magnifique : de belles grandes fenêtres, des murs de briques, des plafonds hauts… Mon propriétaire m’a gentiment laissé choisir le revêtement de sol et la couleur des murs et la transformation est remarquable. Maintenant, c’est lumineux et très spacieux! Avec ses 1000 pieds carrés, la superficie du bureau est en fait plus grande que celle de ma maison. C’est tellement agréable d’avoir beaucoup d’espace. Erin Bacon, Jocelyn Kabatoff et moi-même avons nos propres espaces de travail et il en reste suffisamment pour l’expansion.

 

Le nouveau bureau est intentionnellement beaucoup plus classique et sophistiqué que mon espace précédent. J’ai grandi et mûri comme l’a fait l’entreprise, et l’intérieur le reflète.

 

 

EQ3  Deux des principaux thèmes abordés dans le dernier numéro d’Uppercase (le nº 19) est l’esthétique au travail, y compris les bureaux anciens. De quelles manières l’emménagement dans votre nouveau studio a-t-il influencé le thème et le contenu de cette parution?

 

JV  Le thème de l’esthétique au travail a sûrement émergé lorsque j’emballais les effets de mon bureau antérieur qui était ouvert depuis huit ans. Cela m’a porté à évaluer d’autres méthodes de travail et d’autres façons d’organiser l’espace de travail. Cette parution contient des articles qui traitent du travail en réseau, de l’histoire du cubicule et présente un hommage aux fournitures de bureau vintage.

 

 

Uppercase-Issue-19-cover-preview

Page couverture du 19e numéro de la revue Uppercase : graphisme de Lydia Shirreff

 

Uppercase-Issue-19-cover-binding

 

Uppercase-Issue-19-cover-stacked

 

 

EQ3  Parmi les publications imprimées et numériques, que privilégiez-vous comme lecture en ce moment (outre Uppercase, bien sûr!)

 

JV  J’aime lire les revues indépendantes de partout dans le monde. En ce moment, je lis « Extra Curricular », une revue de la Nouvelle-Zélande. Elle explore ce que font les gens créatifs dans leur temps libre.

 

 

EQ3  Vous avez déjà accompli tellement de choses dans votre carrière. À date, quel a été votre point culminant?

 

JV  C’est difficile à répondre. Je ne mesure pas ma carrière en moments, car les moments sont fugaces. Je trouve une grande satisfaction à regarder le résultat concret de mes activités créatives et entrepreneuriales. Les piles de revues, l’étagère pleine de mes livres… voilà ce qui est durable et satisfaisant.

 

 

EQ3  Quelle est la prochaine étape… pour vous et pour Uppercase?

 

JV  J’ai hâte d’être bien installée dans le nouvel espace. Nous sommes ici depuis à peu près un mois, et depuis quelques semaines, je suis immergée dans la production imprimée du numéro d’automne. Je pourrai donc maintenant finir d’aménager quelques coins de plus et nous pourrons enfin célébrer l’inauguration. Mon équipe, composée d’Erin Bacon, de Jocelyn Kabatoff et de moi-même, a hâte de développer et de faire croître Uppercase à partir de son nouveau chez soi.

 

 

EQ3  Enfin, comme rédactrice en chef, rédactrice et conceptrice de la revue, vous devez porter beaucoup de chapeaux différents! Quels sont vos 3 incontournables pour vivre et travailler — quelles sont les choses sans lesquelles vous ne pourriez pas travailler ou vivre?

 

JV  Oui, le jonglage d’idées, de projets et de tâches fait partie de mon quotidien. Autre que mon ordinateur portable et mon iPhone, je ne pourrais pas travailler sans Evernote. Evernote est un service qui permet de conserver et de trier des notes, des images et des fichiers et de les synchroniser sur tous nos appareils. C’est là où je stocke toutes mes idées et les suggestions de contenu pour la revue et où j’organise mes objectifs et mes tâches. Je l’utilise depuis la conception de la deuxième parution, et maintenant, il est tellement intégré dans ma démarche de travail, que je ne peux pas m’imaginer devoir m’en passer!

 

Merci Janine! Nous sommes ravis de pouvoir mettre la main sur le dernier numéro.
Visitez uppercasemagazine.com pour en connaître plus sur cette revue ou pour vous en procurer un exemplaire.

0 comments :

Shop EQ3.com For Modern Furniture and Accessories