Entrevue : Valentin de 2213 inc.

sept 4, 2013

Commentaires fermés

Make Coffee and Stuff est le nom d’un café à Winnipeg qui, en plus de satisfaire les rages de caféine des gens locaux, est l’hôte d’expositions d’architecture et de design des plus huppés que la ville puisse offrir. C’est là que nous avons découvert 2213 inc., une entreprise de design canadien qui fait beaucoup jaser depuis son lancement en décembre de l’année dernière (2012).

 

Valentin-Mittelstet-head-shot-by-Sandra-BirknerProvenance de l’image (image ci-dessus uniquement) : portrait de Valentin Mittelstet par Sandra Birkner

 

Valentin Mittelstet, le fondateur, président et designer de 2213 inc., a grandi en Allemagne où il a étudié en dessin de bâtiment avant de déménager au Canada pour y vivre et y travailler. Après un court séjour dans le domaine de la photographie et du temps à voyager, Valentin s’enracine dans le sud-ouest du Manitoba pour lancer son nouveau projet artistique. Les articles produits par 2213 inc. sont visiblement le résultat d’un mélange d’influences allemandes et canadiennes alliant le design moderne et minimaliste avec des matériaux de bonne qualité et de l’artisanat. La société se fait rapidement connaître pour ses boîtes aux lettres en acier et numéros de porte de maison, répondant à la demande d’articles attrayants et bien faits pour la devanture de la maison – une chose étonnamment difficile à trouver.

 

Nous nous sommes récemment assis avec Valentin dans le bureau de 2213 à discuter de ses produits, les étapes de la conception et les sources d’inspiration.

 

2213-Inc-Architectural-Numbers-Exterior03

 

2213-Inc-Architectural-Mailbox02

 

 

EQ3  Quel est votre premier souvenir en matière de design?

 

VALENTIN MITTELSTET  J’ai toujours été très créatif. Dès mon jeune âge, je m’adonnais sérieusement au dessin et à la peinture. Je touchais à presque tout – du graffiti à la photographie, en passant par la peinture à l’huile. À l’âge de 16 ans – en Allemagne, c’est un peu différent —, j’en avais assez de l’école et j’ai commencé à étudier le design – le dessin de bâtiment. Je travaillais essentiellement à temps partiel pour une entreprise qui construisait des structures d’acier… d’importants bâtiments industriels, des ponts et des trucs du genre. Donc, je pense que c’est là où j’ai fait connaissance avec le design pour la première fois.

 

 

EQ3  D’abord, qu’est-ce qui vous a amené vers le dessin de bâtiment?

 

VM  C’est très simple. Je n’avais que 16 ans quand j’ai eu fini avec l’école, donc c’était assez tôt. Je souhaitais poursuivre des études dans les arts, mais l’école d’art était plus loin et j’aurais été obligé de déménager. Mes parents n’étaient pas d’accord alors j’ai dû rester et faire un choix parmi ce qui était offert. À l’époque, je me disais que c’était la chose qui se rapprochait le plus du côté créatif et je m’y suis plongé. Plus tard, j’ai compris que ce n’est pas du tout de la créativité, mais plutôt du travail.

 

 

EQ3  Alors, comment vous êtes-vous préparé pour le travail créatif que vous faites maintenant?

 

VM  Comme je l’ai mentionné plus tôt, j’ai été créatif toute ma vie, de sorte que la créativité était une chose toujours présente dans ma tête. Comment, alors, me suis-je préparé pour le design? Évidemment, j’avais appris les fondements du design. Que ce soit une chaise ou une boîte aux lettres, les principes ou les fondements sont les mêmes que pour la construction de quelque chose de grand. On n’a simplement qu’à réduire le dessin et c’est tout. La construction demeure de la construction. Donc, c’est le design qui m’a préparé à tout. J’ai étudié les matériaux. J’ai appris de différentes manières de produire des objets. J’ai appris tout ce qui a à connaître sur le design, sauf sur une plus grande échelle, c’est tout.

 

 

EQ3  Et comment vous êtes-vous rendu de là (l’Allemagne) jusqu’à posséder votre entreprise ici (au Canada)… car c’est un grand saut!

 

VM  C’est un grand saut, oui. J’étais en Allemagne à étudier. Puis j’y ai travaillé pendant un an pour la même entreprise, et, ensuite je me suis tanné. Comme je disais, l’idée d’une vie d’artiste occupait toujours mon esprit. J’ai voulu tenter l’expérience pendant au moins une courte période de ma vie. J’ai donc déménagé à Winnipeg parce qu’à l’époque, mes parents vivaient déjà au Manitoba. C’était donc le moyen le plus facile pour moi de sortir de l’Allemagne et de m’installer à l’étranger; bref, de me déplacer dans un autre pays, et de faire autre chose. J’ai donc déménagé à Winnipeg et j’ai fait de la photographie. J’ai fait de la photographie (de mode) à Winnipeg pendant trois ans. Je suis devenu très connu à Winnipeg, puis j’ai réalisé que je ne faisais pas d’argent. Alors j’ai commencé à voyager jusqu’à ce que je n’en puisse plus de voyager tout le temps. Ce n’est pas pour moi. C’est amusant pendant un moment, puis cela devient agaçant. Il était temps de revenir, mais je ne voulais pas travailler pour une grande entreprise et d’en être qu’une petite partie. Je voulais créer ma propre entreprise. Et voilà maintenant que je suis ici avec mes boîtes aux lettres et mes numéros de portes de maison. Il y en a plus encore à venir… et je suis heureux. À date, tout va bien.

 

 

2213-Inc-Warehouse01

 

2213-Inc-Warehouse09

 

2213-Inc-Warehouse07

 

2213-Inc-Warehouse02

 

2213-Inc-Warehouse05

 

 

EQ3  Qu’est-ce qui influence vos conceptions?

 

VM  Je suis minimaliste à l’extrême. Est-ce triste? Tout ce qui est autour de moi m’influence. Je sais que c’est une réponse générique, mais c’est vrai. Je m’inspire beaucoup de l’architecture japonaise et l’architecture japonaise est vraiment très minimaliste et avant-garde. Et je pense que c’est bon de minimiser les détails pour tout simplement s’en tenir à l’essentiel : rendre son design fonctionnel – très fonctionnel – et réaliser un produit de bonne qualité, mais visuellement très épuré. Et je pense que vous pouvez le reconnaître à travers mes articles. Ils sont très minimalistes – et tout le reste à venir sera dorénavant très minimaliste.

 

Je ne sais pas si je veux qualifier mes articles de moderne… ils sont très minimalistes et ne s’en tiennent qu’à l’essentiel.

 

 

EQ3  Trouvez-vous que vous devez commencer avec quelque chose de plus élaboré, puis le dépouiller pour revenir à la base essentielle?

 

VM  Je suis d’avis qu’il y a évidemment tout un processus. Prenons la simple boîte aux lettres – tout le monde sait ce qu’est une boîte aux lettres. Nous avons déjà tous vu une boîte aux lettres et nous savons tous comment fonctionne habituellement une boîte aux lettres. Vous l’avez toujours en tête, en quelque sorte. Et puis vous devez l’effacer et créer quelque chose de totalement nouveau – comme notre boîte aux lettres. Elle est très minimaliste, et en fait, très simple, mais en même temps elle est extrêmement fonctionnelle et robuste et elle fonctionne sans souci.

 

C’était très important pour moi de la rendre à un tel point.

 

 

EQ3  Il y a une certaine solidité dans vos pièces, je dirais. Est-ce intentionnel?

 

VM  Oui, c’est ça. Je sais que beaucoup de gens disent que ma boîte aux lettres est lourde, et elle est lourde parce que nous utilisons l’acier, mais encore, je pourrais utiliser de l’aluminium dans sa production. Cela ne ferait pas une grande différence, à vrai dire, mais je veux qu’elle ait une certaine lourdeur.

 

 

EQ3  À propos du processus, vous avez mentionné qu’il faut connaître quelque chose et puis l’effacer pour créer quelque chose de totalement nouveau. Pourriez-vous nous donner un peu de perspective par rapport à votre processus créatif? D’où viennent les idées? Comment les explorez-vous? Comment les mettez-vous en œuvre?

 

VM  Je fais beaucoup de recherches. Je lis des livres.

 

Je cherchais un article que nous pouvions réaliser, qui est de petite taille, peu coûteux à fabriquer, facile à produire et qui pourrait réellement avoir un impact. Quand je vivais à Winnipeg, je me promenais dans un certain quartier et je me demandais : « Que lui manque-t-il? » Je regardais les numéros sur les maisons et tout ce que je voyais était de mauvais goût. Il n’y a pas grand-chose d’offert qui soit moderne.

 

Nous avons donc pensé que nous pourrions créer quelque chose qui est minimaliste, différent et que les gens aimeraient avoir sur leurs maisons. C’est comme ça que j’ai commencé à concevoir des numéros de maison. L’élaboration de cette police de caractère (Valentin pointe vers l’article déposé sur le bureau à côté de nous) a pris beaucoup de temps. J’ai conçu 10 polices de caractères différentes et puis j’ai choisi celle-ci parce qu’elle était si différente.

 

Voici le processus créatif sur lequel repose cette police de caractère : j’ai d’abord conçu le numéro 8 parce que c’est le nombre qui requiert le plus de matériau. Alors, à partir du numéro 8 je me suis mis à découper. « Comment créer le plus simple des numéros 8? »C’est à partir de là que j’ai commencé et j’ai juste continué à découper, de sorte que le tout ressemble à ce numéro 8 et devienne une police de caractères. J’ai effectué quelques petites modifications par-ci, par-là, mais c’est essentiellement tout. Voilà comment je suis arrivé à concevoir ces chiffres.

 

 

EQ3  Est-ce que la boîte aux lettres en découle, alors?

 

VM  Selon moi, la boîte aux lettres était, logiquement, la prochaine étape, car, encore une fois, le choix de boîtes aux lettres est restreint. Surtout ici… si vous arriviez à trouver une plus belle boîte aux lettres, vous la payeriez 500, 600, ou 700 dollars. Et nous ne voulions pas cela. Nous voulions un beau produit à prix moyen. C’était une étape naturelle. Le concept de 2213 était en fait de commencer par la première chose que l’on aperçoit; c’est-à-dire le numéro de la maison. Lorsque l’on rend visite à quelqu’un, on cherche le numéro de la maison. C’était donc la première chose. La prochaine chose était la boîte aux lettres.

 

 

2213-Inc-Architectural-Mailbox01

 

2213-Inc-Architectural-Numbers-Exterior01

 

 

EQ3  Quels sont les noms de vos modèles, vos mentors ou des gens dont le travail vous inspire?

 

VM  Les gens qui m’inspirent – il y a toujours des gens – comme Steve Jobs, évidemment. Il m’inspirait de plus d’une façon. Comme Apple – le produit lui-même m’inspire. Il est très minimaliste. Tout simplement, il fonctionne. Il fonctionne, c’est tout. C’est ce à quoi je m’attends d’un produit.

 

Et, dans le passé, j’ai été inspiré par quelques architectes… j’aimais leur travail. Il y a un bon nombre d’accessoires japonais qui ont vraiment attiré mon attention. Mais je n’ai pas vraiment de modèle.

 

 

EQ3  Passons outre le travail. Que faites-vous habituellement, quand vous ne travaillez pas?

 

VM  Je travaille toujours. Je suis marié, alors j’essaie de passer autant de temps avec ma femme que possible, sinon je m’attire des ennuis. Mais c’est essentiellement tout. Disons que j’aime être dans la nature. Je trouve de la beauté dehors, donc je m’évade du monde matériel et je retourne à l’essentiel. J’aime les arbres, j’aime le soleil, j’aime l’eau. Autrement, je lis. Sinon, je travaille. Je crois que pour être une personne créative, il ne faut jamais arrêter. La tête tourne sans cesse. Même si l’on n’est pas au bureau – je ne dis tout de même pas que je suis au bureau 24/7 -, mais quand j’y suis, je pense continuellement à ce qui suivra.

 

 

EQ3  Eh bien, puisque vous êtes toujours en train de travailler, quelles sont vos 3 outils incontournables pour vivre et pour travailler.? Quelles sont les choses dont vous ne pourriez pas vous passer dans votre travail et votre vie?

 

VM Mon iPhone. Mon iPad. Mon MacBook. Je dessine sur mon iPad, j’utilise mon iPhone pour beaucoup de choses, et, évidemment, mon MacBook est l’endroit où tout se finalise.

 

 

Merci Valentin de nous avoir invités dans votre studio et votre entrepôt.

0 comments :

Shop EQ3.com For Modern Furniture and Accessories